Le secteur Jeunesse ne peut plus attendre !


Après un an, la situation a à peine changé pour les jeunes. Les quelques assouplissements proposés ne permettent pas de répondre correctement à leurs difficultés.

Pour se construire, les jeunes ont besoin d’espaces libres de rencontre, d’exploration, d’expérimentation et d’écoute. Le secteur Jeunesse propose ces espaces, cela fait partie de ses missions !

Mais par temps de Covid, tout ceci ne peut être que très partiellement activé, en raison de protocoles strictes. Si l’idée n’est pas d’assouplir de façon irresponsable, il n’est pas non plus envisageable de continuer à restreindre, à ce point, le rôle qu’il peut prendre auprès de la jeunesse.

Comme le rappelait le Délégué général aux droits de l’enfant, il faut « agir avant qu’il ne soit trop tard ».

Le 26 mars, le comité de concertation DOIT prendre des mesures fortes en faveur de la santé mentale des jeunes